Mot de la rectrice par intérim

photo dlabergeL'année 2006-2007 restera marquée dans les annales de l'UQAM comme celle de tous les dangers, mais aussi comme celle d'une affirmation renouvelée de sa mission unique et indispensable. En effet, malgré une crise financière sans précédent, les professeurs, les chargés de cours, les étudiants, les diplômés et le personnel, tous ont poursuivi leur engagement quotidien et continué de s'illustrer par leurs succès, leurs réalisations stimulantes et leurs idées novatrices. Pas un jour ne passe sans qu'un expert ou un diplômé de l'UQAM ne soit présent sur la scène publique, que ce soit pour témoigner, expliquer ou démontrer de nouvelles connaissances visant l'amélioration de notre environnement humain et physique et le développement de notre société.

Au nombre des excellentes nouvelles de l'année, l'Université a accueilli sa première cohorte d'étudiants inscrits au nouveau programme de doctorat en droit et, dès l'an prochain, l'UQAM diplômera ses premiers ingénieurs en microélectronique reconnus par l'Ordre des ingénieurs du Québec. Les chercheurs et créateurs se sont également distingués auprès des principales sources de financement de la recherche au Québec et au Canada, et plusieurs ont obtenu des prix prestigieux. La collaboration interinstitutionnelle et avec le milieu, ainsi que le travail interdisciplinaire demeurent les principales caractéristiques identitaires de la recherche et de la création qui se font à l'UQAM.

Parmi les événements marquants de l'année, je suis particulièrement heureuse de souligner les résultats atteints par la Campagne majeure de développement 2002-2007 conduite par la Fondation de l'UQAM. L'objectif initial de 50 millions de dollars, déjà ambitieux pour une jeune université comme l'UQAM, a été largement dépassé pour atteindre 60,8 millions de dollars. Ces sommes permettront de mieux soutenir le programme de bourses d'excellence destiné aux étudiants et de contribuer à une soixantaine de projets de recherche et de soutien à la formation.

Depuis ma nomination à titre de rectrice par intérim le 12 décembre 2006, je me suis engagée, avec l'appui du Conseil d'administration et de mes collègues de la direction, à clarifier la situation budgétaire de l'UQAM et à rechercher un règlement à la situation de crise financière que nous traversons sans compromettre la mission académique de l'Université. J'aimerais ici remercier toutes celles et tous ceux qui ont collaboré à cette exigeante entreprise au cours des derniers mois, ainsi que toutes celles et tous ceux qui, malgré leur inquiétude face à l'avenir, contribuent chaque jour à réaliser notre mission dans le meilleur intérêt de la société et de nos quelque 41 000 étudiants.

Danièle Laberge
Rectrice par intérim
Vice-rectrice à la vie académique et vice-rectrice exécutive