Rayonnement

Diffuser la connaissance dans l’espace public

  • La Galerie de l’UQAM
    La directrice de la Galerie de l’UQAM, Louise Déry, inaugure le Pavillon du Canada à la Biennale de Venise 2007. Le pavillon y présente une exposition de l’artiste montréalais de renommée internationale David Altmejd, diplômé de l’UQAM en arts visuels. L’artiste de 32 ans se démarque par sa signature distinctive, notamment par ses constructions labyrinthiques, écrins, reliquaires et miroirs, ainsi que par la métamorphose de ses gigantesques personnages.
    La Biennale de Venise permet à David Altmejd de percer au niveau international et permet à la Galerie de bénéficier d’une grande visibilité au sein de l’élite artistique.
    Lire l’entrevue « La beauté du monstre »

  • Le Centre de design
    Le Centre de design poursuit avec vigueur sa mission de promotion et de reconnaissance du design. 75 ans de design au Québec, produite en collaboration avec le Musée national des beaux-arts du Québec, présente des objets, des affiches, des croquis de conception, des photographies, des maquettes et des documents audiovisuels illustrant la création québécoise dans les domaines des arts appliqués, du design industriel et du design graphique, des années 1930 à nos jours.
    70 architectes sur l'éthique et la politique montre les œuvres de 70 architectes canadiens et internationaux qui réalisent un objet architectural occupant un espace d'un pied carré ou d'un pied cube, représentatif de leur production récente.
    H20 dévoile une centaine d'œuvres de designers et architectes italiens sur le thème de l'eau et de la survivance de la planète, grâce à la collaboration de l'Institut Culturel Italien de Montréal.
    Yakoo Tanadori, affichiste de renommée internationale inspiré du graphisme psychédélique, du surréalisme et du photomontage, présente 70 affiches de 1960 à nos jours.
    Lire l’entrevue « Yokoo Tadanori, un affichiste de génie»

  • Le Cœur des sciences
    Le Cœur des sciences de l’UQAM accueille ÉcoCaméra, qui propose au public 19 documentaires percutants et originaux qui s'attaquent avec rigueur aux questions scientifiques et environnementales de l'heure, dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal.
    L’événement Citoyen sous surveillance, organisé en collaboration avec la Commission de l'éthique de la science et de la technologie (CEST) et la Chaire Raoul-Dandurand, présente deux jours d’activités sur la biométrie et les technologies de surveillance, du point de vue de la sécurité, de l’efficacité et des enjeux éthiques.
    De plus, une douzaine d’autres grandes conférences de prestige animées par des scientifiques de renom sont présentées tout au long de l’année.
    Lire l’entrevue « Le Coeur des sciences sous surveillance»


L’excellence reconnue aux quatre coins du globe

Entre juin 2007 et mai 2008, plus de 130 distinctions et prix différents ont été remis aux étudiants, diplômés, professeurs, chargés de cours et employés de l’UQAM.  

  • Prix Nobel de la paix
    René Laprise, professeur au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l’UQAM et directeur du Centre pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale (ESCER), est au nombre des scientifiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui remporte le prix Nobel de la paix en 2007. Cet honneur est décerné conjointement au GIEC et à l’ancien vice-président des États-Unis, Al Gore, pour leurs efforts de collecte et de diffusion des connaissances sur les changements climatiques provoqués par l'humain et pour avoir posé les fondements des mesures nécessaires à la lutte contre ces changements.
    René Laprise, le seul Québécois parmi les auteurs principaux du 4e Rapport d’évaluation du GIEC, s’implique particulièrement dans la rédaction du chapitre 11, qui porte sur l’évaluation des changements climatiques projetés pour l'Amérique du Nord. Selon ses prévisions, le Québec pourrait subir un réchauffement général de 3 à 6 degrés d’ici 100 ans.
    Lire l’entrevue « Prix Nobel de la paix octroyé au GIEC»

  • Prix du Québec
    Deux professeurs remportent un Prix du Québec, la plus haute distinction accordée par le gouvernement du Québec dans les domaines culturel et scientifique.
    Yves Bergeron, professeur au Département des sciences biologiques, remporte le prix Marie-Victorin destiné aux chercheurs de sciences pures et appliquées. Considéré comme l'un des plus grands spécialistes au monde de la forêt boréale, on lui doit des percées importantes dans le domaine des changements climatiques, de l'interaction entre les feux de forêt et les épidémies d'insectes, de la dynamique des forêts et des mécanismes de régénération et de conservation des ressources forestières.
    Paul Chamberland, professeur associé au Département d'études littéraires remporte le prix Athanase-David, accordé à un écrivain pour l'ensemble de son œuvre. Poète et essayiste, il fonde la revue Parti pris en 1963, puis collabore à plusieurs autres revues et événements littéraires. Parmi ses nombreux écrits, mentionnons L'afficheur hurle (1969), Extrême survivance extrême poésie (1978), Le prince de sexamour (1976), Aléatoire instantané (1983), Marcher dans Outremont ou ailleurs (1987), En nouvelle barbarie (1999) et Au seuil d'une autre Terre (2003).
    Lire l’article « Les professeurs Yves Bergeron et Paul Chamberland lauréats des Prix du Québec »

  • Prix de l’Acfas
    Alain-G. Gagnon, professeur au Département de science politique et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes, remporte le prix Marcel-Vincent de l'Association francophone pour le savoir. Ce prix, attribué à un chercheur qui s'illustre par sa contribution scientifique, reconnaît l’œuvre de cet auteur prolifique, conférencier recherché et mentor de nombreux jeunes chercheurs. Le politologue est reconnu internationalement comme l'un des plus importants analystes des sociétés multinationales.
    Yves Gingras, professeur au Département d'histoire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences, reçoit le prix Jacques-Rousseau. Ce prix souligne les réalisations scientifiques exceptionnelles d'un chercheur qui a largement dépassé son domaine de spécialisation et qui a établi des ponts novateurs entre différentes disciplines. Physicien de formation, Yves Gingras est aussi sociologue, historien et communicateur. Il fait sa marque en publiant Histoire des sciences au Québec, Du scribe au savant et La transformation des universités.
    Lire l’article « Six uqamiens honorés au Gala des prix de l'Acfas 2007»

  • Découvertes de l’année
    Les travaux des professeurs Yves Prairie, du Département des sciences biologiques, et René Roy, du Département de chimie, se classent au palmarès des 10 découvertes de l’année au Québec, réalisé par le magazine Québec Science.
    Yves Prairie démontre que nos lacs et nos rivières contribuent significativement au bilan de dioxyde de carbone (CO2) de la planète et jouent un rôle dans les changements climatiques. Jusqu'à maintenant, le bilan de ce gaz à effet de serre était calculé sans tenir compte des eaux intérieures, puisque celles-ci ne couvrent que 1 % de la surface du globe et qu'on leur attribue un rôle essentiellement passif.
    René Roy est récompensé pour la fabrication de molécules appelées glycodendrimères. Ces structures nanotechnologiques ont la capacité d'intervenir comme nouvelle stratégie anti-microbienne en empêchant les bactéries d'adhérer sur les tissus humains. Elles pourraient ainsi être utilisées pour compléter l'action des antibiotiques, particulièrement dans les cas d'infections aux bactéries E. coli.
    Lire l’article « Au palmarès de Québec Science : les découvertes des professeurs Yves Prairie et René Roy primées! »


Excellence en enseignement

  • L’UQAM procède à la première remise de ses Prix d’excellence en enseignement, qui visent à reconnaître l’apport exceptionnel à l’enseignement universitaire d’un professeur, maître de langue ou chargé de cours.
    Normand Séguin, professeur au Département informatique, a contribué à la formation universitaire de plus de 6 000 étudiants depuis 1989. Il a enseigné à 67 groupes-cours et obtenu plus de 30 mentions d'excellence en enseignement de la part des directions de programmes en informatique, en administration et en sciences humaines. En plus d’être passé maître dans l’art de motiver l'apprenant, on lui doit la création d’un site Web pour les cours de base en programmation du Département d'informatique, un forum de discussion à la disposition des étudiants et un système de diffusion des résultats cumulatifs, précurseur du logiciel institutionnel Résultats.
    Cathy Beausoleil, chargée de cours au Département de stratégie des affaires de l'ESG UQAM depuis 2004, y enseigne deux cours, Marketing et Événements spéciaux et commandites en relations publiques. Sous sa supervision, les étudiants organisent eux-mêmes des événements en temps réel, ce qui permet d'amasser chaque année 75 000 $ qui sont remis à des organismes de charité. L'un de ses projets, intitulé EnVertgure, a remporté le Concours québécois en entrepreneuriat pour la région de Montréal.
    Lire l’article « Les premiers Prix d’excellence en enseignement de l’UQAM récompensent Normand Séguin et Cathy Beausoleil»

  • L’Université du Québec remet également deux Prix d'excellence à des professeurs de l'UQAM.
    Jean Harvey, du Département de management et technologie de l'École des sciences de la gestion (ESG UQAM), remporte le Prix d'excellence en enseignement, volet réalisation. Ce prix lui est remis pour le développement d'un cours en gestion des opérations de service s'inspirant de l'atelier Kaizen (effort intensif d'amélioration de processus, par des équipes dédiées au sein d'une organisation).
    Danielle Julien, du Département de psychologie, reçoit le Prix d'excellence en recherche et création, volet carrière, pour sa contribution exceptionnelle dans le secteur des sciences humaines et de l'éducation. Ses sujets de recherche reliés à l'homosexualité et sa méthodologie démontrent un esprit visionnaire. En vingt ans, Danielle Julien obtient près de 3,8 millions $ en subvention de recherche, auxquels s'ajoute 1,6 million $ attribué au Centre de recherche en développement humain, dont elle est la directrice adjointe.
    Lire l’article « Prix de l'UQ 2007: Jean Harvey, Danielle Julien, Francine Jacques, Yannick Richer et Marcellin Noël honorés»