Recherche et création

src nano 2

NanoQAM regroupe neuf professeurs des départements de chimie et d'informatique qui s'intéressent à la mise au point de nouveaux dispositifs électroniques ou biomédicaux à l'échelle nanométrique. NanoQuébec, chargé de planifier et de structurer la recherche sur les nanotechnologies au Québec, lui a accordé une subvention de 171 000 $ par année durant six ans 

Des indicateurs au beau fixe

Grâce à l’embauche de 55 nouveaux professeurs, l’année 2007-2008 se caractérise par un regain de vitalité des activités de recherche et de création. C’est ainsi que le financement externe a connu une augmentation de 4 % par rapport à l’année précédente, ce qui porte le budget de recherche et de création de l’UQAM à 60 millions de dollars. Dans ce contexte, il est particulièrement important de remarquer que les fonds provenant de chacun des six principaux organismes subventionnaires fédéraux et provinciaux sont à la hausse par rapport à 2006-2007.

L’UQAM accueille 28 Chaires de recherche du Canada, dont cinq ont été renouvelées en 2007-2008 à la suite d’un processus d’évaluation des plus rigoureux. De plus, un nombre égal de chaires de recherche-innovation étaient en opération grâce à autant de partenariats féconds avec des philanthropes et des mécènes du secteur privé et public.

L’Université compte également 23 centres institutionnels reconnus. Ces unités de recherche et de création permettent à des chercheurs de haut niveau d’aborder des thématiques de recherche complexes mettant en commun la contribution de plusieurs disciplines universitaires et rassemblant souvent les meilleurs éléments de plusieurs universités.

Quelques indicateurs permettent de juger de la qualité de la recherche et de la création réalisées à l’UQAM :

  • Succès en sciences humaines et sociales : le taux de succès des chercheurs de l’UQAM au concours 2008 des subventions ordinaires du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le baromètre de l’excellence de la recherche en sciences humaines et sociales au Canada, s’élève à 40 %, ce qui place l’UQAM, comme à son habitude, au-dessus de la moyenne nationale. La performance des jeunes chercheurs de l’UQAM auprès du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture en 2007-2008 est aussi tout à fait remarquable,  puisque leur taux de succès s’établit à 49 %.
  • Progression de la recherche-création en arts et lettres : depuis 2001-2002, le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture offre des programmes spécifiques aux artistes œuvrant en milieu universitaires en vue de développer la recherche-création et d’améliorer la qualité de l’encadrement des jeunes créateurs chercheurs, notamment aux cycles supérieurs. L’UQAM a récolté des fonds pour quatre nouvelles équipes (en création littéraire, arts médiatiques, sculpture et danse) à l’issue du concours de l’automne 2007, avec un taux de succès de 100 %.
  • Vitalité de la recherche en sciences : cette année, les nouveaux chercheurs du domaine des sciences naturelles ont excellé au concours qui leur est destiné par le Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies, leur taux de succès s’établissant à 86 %, bien au-delà de la moyenne provinciale. Auprès du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie, le taux de succès des professeurs de l’UQAM au concours des « subventions à la découverte » se situe à 74 %, là aussi en haut de la moyenne canadienne.

 

Lire aussi:

- Quelques faits saillants méritent d’être mis en exergue

- Quatre nouvelles chaires de recherche-innovation

- De nouvelles infrastructures

- Mobiliser les connaissances