Recherche et création

L’année 2010-2011 a été marquée par une intense activité de recherche dans toutes les disciplines. Près de 490 demandes de subvention ont été déposées aux différents concours des organismes subventionnaires de l’automne 2010, ce qui représente une augmentation de plus de 30% par rapport au nombre de demandes déposées à l’automne 2009. Le montant global des contrats de recherche et des ententes de services professionnels a atteint 9,65 M$, une augmentation de 4% par rapport à 2009-2010 et de près de 35% par rapport à 2008-2009. De plus, l’UQAM a raflé un peu plus de 50% du Fonds des services aux collectivités du ministère de l’Éducation, du Loisir du Sport (MELS) et s’est intégré au réseau pancanadien de mobilisation des connaissances Research Impact-Réseau Impact Recherche, ce qui permettra de faire connaître l’expertise des chercheurs de l’UQAM et les résultats de leurs recherches auprès des divers organismes et d’éventuels partenaires.

Treize nouveaux projets de recherche en partenariat avec l’industrie ont été financés par le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Les projets englobent des domaines aussi divers que la foresterie, la chimie des matériaux, les produits miniers, l’écotoxicologie, les changements climatiques, l’informatique cognitive, les nanotechnologies, l’électronique et la microélectronique.

L’Université a occupé la première place au Québec et la septième place au Canada en matière de financement de la recherche dans la catégorie des universités à vocation générale. Tout en maintenant sa large présence dans les domaines des arts et des sciences humaines, elle a su cibler des créneaux particulièrement prometteurs en sciences naturelles et en sciences de la santé.

Réalisations

Sept chercheurs de l’UQAM obtiennent des subventions du Fonds des leaders de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI), fonds visant à aider les universités canadiennes à recruter et à maintenir en poste les chercheurs qui se démarquent pour la qualité de leur travail en leur permettant d’acquérir des infrastructures de recherche de pointe.

Parmi les unités dont le financement a été consolidé, le Centre pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale (ESCER) et le Consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques Ouranos se partagent un appui financier de 14,4 M$ pour la recherche sur le climat remis par le ministère du Développement économique, de l'Innovation  et de l'Exportation, ainsi que par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs. De son côté, Martine Hébert, professeure au Département de sexologie, a reçu d’importantes subventions pour prévenir la violence dans les relations amoureuses chez les jeunes. Dans le domaine des arts, Pierre Gosselin, professeur à l'École des arts visuels et médiatiques et directeur du programme de doctorat en études et pratiques des arts, ainsi que Sylvie Fortin du Département de danse, ont reçu une subvention de 377 500$ sur trois ans pour le développement et l’évaluation des compétences, au cégep comme à l’université.

Découvertes

L’UQAM s’est distinguée au cours de l’année 2010-2011 dans plusieurs créneaux prometteurs, notamment grâce à deux découvertes majeures dans le domaine de la santé. Appuyée par le Centre de recherche en sciences biomédicales BioMed, Cyndia Charfi, étudiante au doctorat en biologie a identifié un gène susceptible de faciliter le diagnostic de la leucémie, dont les victimes sont surtout des enfants. Par ailleurs, des recherches développant un nouveau médicament de lutte contre le cancer ont débuté dans le laboratoire du professeur Richard Béliveau du Département de chimie et titulaire de la Chaire en prévention et traitement du cancer.

Comptant quatre des dix découvertes du palmarès 2010 du magazine scientifique Québec Science, l’UQAM a aussi fait bonne figure dans le milieu de la recherche avec ses travaux en environnement. Plusieurs chercheurs associés au Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé et l’environnement (CINBIOSE), dont Maryse Bouchard, ont réalisé une étude qui démontre que les enfants exposés à une concentration élevée de manganèse dans l’eau potable réussissent moins bien aux tests d’habiletés intellectuelles que ceux qui ont été moins exposés, tandis que Benoît Marsan du Département de chimie a réalisé des percées remarquables dans la recherche menant à la conception d’une pile solaire abordable qui pourrait être produite et commercialisée à large échelle. En foresterie, l’étude menée par Alain Paquette et Christian Messier, respectivement chargé de cours et professeur au Département des sciences biologiques, a mis en lumière pour la première fois l’effet positif de la biodiversité sur la productivité des arbres en forêt naturelle. Finalement, Oumarou Nikiema, étudiant à la maîtrise en sciences de l’atmosphère, a montré que la variabilité interne dans les simulations du Modèle régional de climat canadien (MRCC) reflète le comportement chaotique du système climatique à l’échelle régionale.

Nouvelles unités

Trois chaires de recherche ont été lancées en 2010-2011: la Chaire Hydro-Québec sur la dynamique des écosystèmes tourbeux et changements climatiques (Faculté des sciences et Faculté des sciences humaines), la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Hydro-Québec en biogéochimie du carbone des écosystèmes aquatiques boréaux (Faculté des sciences), et la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Hydro-Québec sur le contrôle de la croissance des arbres (Faculté des sciences). À la Faculté de science politique et de droit, l'Observatoire sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord rattaché à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, et l'Observatoire de la politique et de la sécurité en Arctique, associé à la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes, ont été institués. Quatre nouveaux centres de recherche institutionnels ont été reconnus. Il s’agit du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM), du Groupe de recherche sur l'activité physique adaptée (GRAPA), du Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté) et du pôle UQ du Centre interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE-UQ).

L’UQAM comptait pour l'année concernée 28 chaires de recherche du Canada, 26 chaires de recherche-innovation, 25 centres de recherche institutionnels et 6 instituts.