Faits saillants : Santé

Des stagiaires en sexologie offrent des services de consultation et de thérapie de couple à la Clinique de sexologie de l’UQAM.
Santé

La santé, à l’UQAM, c’est une trentaine de programmes d’études et quelque vingt unités de recherche. En amont de la maladie, l’UQAM s'intéresse aux approches préventives et à la promotion de la santé physique et mentale, à la recherche biomédicale ainsi qu’aux politiques et services sociaux en santé.

Première cohorte en santé et société

Le nouveau programme de doctorat en santé et société, le seul du genre au Québec à être offert hors des facultés de médecine, a accueilli sa première cohorte. Le programme, qui a une approche sociale et globale de la santé, s’intéresse entre autres aux politiques sociales ayant un effet sur la santé des populations et sur l’organisation du système de soins, ainsi qu’aux activités de promotion et de prévention en matière de santé publique.


Combattre les maladies génétiques

Le Laboratoire de médecine moléculaire, où œuvrent plusieurs professeurs du Département de chimie, a reçu une subvention de 300 M$ afin de développer et de commercialiser des traitements pour les maladies génétiques rares, comme les maladies de Tay-Sachs, de Fabry ou de Gaucher, dont on estime l’incidence à 1 pour 7 000 naissances. Une entente a été conclue à ce sujet avec l’entreprise biotechnologique Angiochem et la société pharmaceutique GlaxoSmithKline.


Sous la loupe de BIOMED

Deux chercheurs du centre de recherches biomédicales BIOMED, Denis Archambault et Andrea Gomez Corredor, ont découvert de nouvelles cibles thérapeutiques pour combattre le virus du sida. Leurs résultats inédits, publiés dans la prestigieuse revue américaine Journal of Virology, ont favorisé la création d’un modèle puissant pour établir des liens entre la localisation d’une protéine, son fonctionnement et les effets sur la cellule.


Un important financement en santé

L’UQAM a obtenu des subventions totalisant 4,8 M$ pour la création ou le renouvellement de chaires de recherche du Canada, dont deux dans le domaine de la santé, une priorité pour l’Université. Il s’agit de la Chaire de recherche du Canada sur le vieillissement et la prévention du déclin cognitif et la Chaire de recherche du Canada en toxicologie comparée des espèces aviaires, dont les professeurs Louis Bherer du Département de psychologie et Jonathan Verreault du Département des sciences biologiques sont respectivement les titulaires. Par ailleurs, Nautilus Plus a remis à la Fondation près de 126 000 $ pour le Fonds Richard Béliveau de la Chaire en prévention et traitement du cancer.


En direct du Nunavik

L’équipe de Dave Saint-Amour, professeur au Département de psychologie, a reçu une subvention de 1,1 M$ des Instituts de recherche en santé du Canada. Son étude utilise l’imagerie par résonance magnétique pour découvrir les conséquences de l’exposition aux contaminants environnementaux chez les jeunes Inuits du Nunavik.


L’enfance au cœur des recherches

Brian Mishara, professeur au Département de psychologie et directeur du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie, a obtenu une importante subvention de plus de 2,7 M$ pour le développement d’un programme communautaire visant à favoriser la santé mentale des enfants en milieu scolaire. Ce programme, qui met l’accent sur la collaboration plutôt que sur la compétition, inclut des jeux et des exercices permettant aux jeunes de développer de nouvelles aptitudes pour faire face à des situations problématiques au quotidien.


Vers une justice sociale en santé

Une recherche inédite sur les ordonnances de traitement et d’hébergement en santé mentale, coordonnée par le professeur en sociologie Marcelo Otero, a permis de dresser un portrait global des personnes qui reçoivent une ordonnance de la cour les obligeant à suivre un traitement ou à être hébergées dans un centre de soins en santé mentale. Réalisée en collaboration avec le Service aux collectivités et l’organisme Action Autonomie, un collectif pour la défense des droits en santé, cette étude a démontré la vulnérabilité de la plupart des patients et leur incapacité à contester les expertises prononcées, ce qui les empêche au final de prendre des décisions sur leur état de santé.


Des défis pour une meilleure condition physique

Tout au long de l’année 2011-2012, le programme de sensibilisation 8 Défis du Centre sportif a fait la promotion des saines habitudes de vie alimentaire et sportive au sein de la communauté universitaire. Parmi les activités et les ressources proposées, mentionnons le site www.8defis.uqam.ca, qui propose des moyens concrets pour passer à l’action, la série de vidéos lancées sur YouTube ainsi que le Défi énergie UQAM, qui visent à donner aux participants l’envie de s’adonner à leur discipline préférée le plus souvent possible.


Des services de consultation en sexologie

Dans le cadre d’un stage crédité à la Clinique de sexologie de l’UQAM, une vingtaine d’étudiants à la maîtrise en sexologie ont offert des services en consultation individuelle à près de 150 personnes. Ce franc succès a permis à ces étudiants d’acquérir une expérience professionnelle concrète dans leur domaine et d’offrir un service accessible à la population.